Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

« Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire. J’écris pourtant ». De la réception de l’œuvre de Marceline Desbordes-Valmore en Russie

Résumé : Le destin de Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) est devenu une sorte de mythe culturel qui a inspiré des poètes et des prosateurs en Europe et en Russie. Poète et comédienne, elle a vécu une vie pleine d’évènements, de douloureuses séparations et de deuils, elle a connu des revers de la vie littéraire et artistique. Desbordes-Valmore n’est pas devenue aussi célèbre que ses grands contemporains Lamartine ou Musset, mais son œuvre est une partie indissociable de l’époque du romantisme. Elle était admirée par Hugo, Baudelaire, Verlaine, Aragon, mais aussi parmi ses lecteurs attentifs il faut citer tels poètes russes que A.Pouchkine, M.Lermontov, M. Tsetaeva, B. Pasternak.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal-univ-poitiers.archives-ouvertes.fr/hal-03243185
Contributor : Laurence Caillaud <>
Submitted on : Monday, May 31, 2021 - 2:43:14 PM
Last modification on : Tuesday, June 1, 2021 - 3:26:35 AM

Links full text

Identifiers

Collections

Relations

Citation

Ekaterina Belavina. « Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire. J’écris pourtant ». De la réception de l’œuvre de Marceline Desbordes-Valmore en Russie. Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain. Cahiers du MIMMOC, Université de Poitiers ; MIMMOC, 2021, Figures de femmes dans les cultures européennes., ⟨10.4000/mimmoc.6859⟩. ⟨hal-03243185⟩

Share

Metrics

Record views

9